mardi 22 mars 2016

L'albatros

Je vais lui faire de la peine.

Un peu.

Éventuellement.

Je le sens.

Pas tout de suite.

Certes.

Pas trop vite, non plus.

Mais.

Un jour.

Je n'ai pas envie.

Mais.

Je vais lui en faire.

Peut-être.

De la peine.


(…)

En attendant.

Là.

Je vais lui faire beaucoup de bien.

Je vais le coller en masse, ce géant en carence de câlins.

Vais lui faire l’amour et le prendre tel quel, avec sa démarche gauche et étrange, avec son sexe hésitant, avec ses bras trop grands et son envie de tellement.

Je vais le remplir de tout.

L’accueillir et le laisser s’abreuver de moi.

Jusqu’à plus soif.

Vais lui ouvrir mon sexe.

Vais le laisser se gorger de ma peau.

Et, que dans son regard, je m’y repose un peu.

(…)

Fuck, que t’es belle!

Il a passé la nuit à me dire ça.

Et à me dire son plaisir de coller un corps nu de femme, de toucher du doux, de profiter des caresses, d’alterner entre le sexe et les confidences, de se demander de quelle planète je pouvais bien venir.

Longtemps qu’il n’a pas été aussi bien avec quelqu’un, il parait.

On a passé la nuit à ne pas dormir pour ce plaisir de se retourner l’un sur l’autre, l'un dans l'autre.

Et à parler, beaucoup.

Pillow talk avec le timbre de la nuit.

J’adore.

Nuit blanche car trop excités d’y être pour ne pas la savourer en pleine conscience.

Il me tient serré comme s’il ne voulait pas que je m’échappe. 
Comme s’il craignait que je ne disparaisse. 
Comme s’il ne pouvait pas faire autrement.
De toute manière.

Il avait peur que ce soit impossible de battre la magie de notre première nuit.

Il a été rassuré.

C’est toujours aussi bien.

(…)

Je ne promets rien que des bons moments.

Un à la fois.

Je ne veux pas être contrainte.

Il le sait.

Je lui ai parlé de Sébastien, de mon amant de Toronto, de cette envie de ne pas être la blonde de quelqu’un, de ne pas rendre de comptes et de ne pas avoir à en demander.

Je lui ai dit que je n’étais pas une si bonne affaire.

Il m'a embrassé pour la centième ou la millième fois.

Chut, t’es tellement parfaite...

(...)

Il va me faire grandir.

Me rendre forte.

Je le sais.

Il va balayer du revers de ses immenses mains, mes dernières craintes, mes dernières hésitations.

Il va m’ancrer.
Il va m'encrer.

M’apaiser.

Me hisser vers l’autre marche.

Plus haut.

Il va faire de moi.

...une géante.


3 commentaires:

  1. T'as vraiment du talent pour l'écriture, toi! Quand tu es inspirée, tu es dure à battre!

    RépondreSupprimer
  2. Haha! T'es fine et tu es officiellement ma "fan" numéro 1! ;-)

    RépondreSupprimer