mardi 30 juin 2015

Une lettre cachée


Des mots cachés laissés entre les pages d’un livre.

Les tiens.

Une lettre, à l’ancienne, sur un papier ligné.

J’ai souri, émue.

Tu as choisi, par hasard ou non, L’éloge des femmes mures qui trainait dans ma bibliothèque.

Page 99, chapitre 7, Du libertinage et de la solitude.

J’ai souri, amusée.

J’aime les liens et les clins d’œil.

Et j’ai lu.

Tes mots, à un ange, comme un cadeau.

Et j’ai pleuré, doucement.

C’était beau, c’était doux, ça faisait du bien.

(..)

Cette lettre, je vais la laisser entre les pages de ce livre.

J’aime imaginer qu’un jour, quelqu’un tombera dessus en tournant les pages.

Cette personne prendra peut-être le temps de lire cette feuille jaunie par le temps.

Regardera la date que tu as pris le temps d’écrire.

22 juin 2015.

Ce lecteur lira assurément tes mots et se prêtera peut-être au jeu d’imaginer l’histoire en arrière.

L’histoire de cette femme que l’on ne nomme pas et de ce Sébastien, un français qui l’embrasse de loin.

L'histoire brève de ce croisement, un peu étrange, d'orbites, le temps d’une belle aventure.

Il fera peut-être le lien avec le titre du roman, ou peut-être pas. 

Il sentira par contre, sans aucun doute, l’émotion derrière les mots, la tendresse et la beauté de la rencontre.

Il se demandera aussi, je le sais, si cet homme et cette femme dont les voyages se séparaient à ce moment-là, se sont retrouvés quelque part. 

Il sera peut-être curieux et cherchera peut-être d’autres lettres, d’autres mots, qui lui raconteront la suite.

En refermant les pages du livre, il aura lu deux histoires.

Et il rêvera.

1 commentaire: