jeudi 25 février 2016

Cette nuit, ce souvenir...

C'est dans ce taxi vert et jaune  que nous avions embarqués, toi, moi, et nos deux filles. 

Pas les nôtres naturellement mais la tienne et la mienne. 

Les enfants d'une autre vie, celle d'avant le nous.

Delhi. 

La chaleur et les odeurs. 

Le chaos. 

La fourmilière humaine. 

Taxi ouvert sur la rue, le turban et la barbe du chauffeur mais, surtout, son regard, rieur, dans ce rétroviseur qui ne tenait plus qu'à un fil. 

Slalom entre les vaches, les trous, les gravats, les autres voitures, les bicyclettes. Nous venions d'arriver et tout nous émerveillait dans cet agressant contraste que nous étions venus chercher si loin.

Et les sons.

Klaxons, surtout, comme une assurance vie perpétuelle contre cette mort qui hante tous les recoins, toutes les intersections.

Je riais.

De cette tornade humaine, d'être enfin là dans le fouillis où mes rêves m'avaient mené.

(...)

Et ta main, sur la mienne, qui s'est délicatement posée.

Chaude, douce, enveloppante.

Surprise, un peu, j'ai croisé tes yeux.

Et,

J'y ai vu ce désir.

Ce désir de moi.
Ce désir du nous.

Surtout.

Du nous. 

Ce désir.

Qui revenait jusqu'ici te hanter.

J'ai alors souri.
Comme souvent. 
Comme toujours.

J'ai serré ta main.
À mon tour.

Je savais que nous referions l'amour. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire