lundi 12 février 2018

L'orgueil


J’ai peine à me souvenir.

De comment c’était avant.

Avant la coupure.

Avant la trahison.

Avant le retour.

Comment était la prise 1.

Celle avant la prise 2.

J’ai peine à me souvenir.

De lui en pas fin.

Puis.

Des fois, aussi, ça me fait peur, un peu.

De ne plus m'en souvenir.

(….)

J’ai toujours cru à la rédemption.

J’ai toujours cru que, des fois, on peut être con.

Et apprendre.

Et tenter d’être autrement.

J’ai toujours cru aux deuxièmes chances.

À la force du pardon.

À l’envie de se racheter.

Je ne pourrais sans doute pas enseigner si je n’y croyais pas.

À cette capacité d’apprendre de nos erreurs.

Et de vouloir s’élever.

J’espère toujours que ça marchera aussi pour moi.

Et qu’on me pardonnera à mon tour, un jour.

D’avoir peut-être été un peu conne.

(…)

C’était le plus « pas gentil » gars que j’avais croisé dans ma vie.

C’est maintenant le plus gentil des amoureux qui ont croisé ma vie.

Celui que toutes les filles rêvent d’avoir dans leur lit, dans leur vie.


Je trouve que c'est une belle leçon.

(…)

Je suis fière de cette relation 2.0.

Fière d’avoir mis mon orgueil de côté.

Cet orgueil propre à l’humain et qui n’a jamais tant fait avancer l’humanité, je trouve.

Malgré ce qu’on me disait de faire.

J’ai fait à ma tête.

J’ai donc ravalé mon orgueil et… il a également ravalé le sien.

Parce que de se présenter devant mes enfants, ma famille, mes amis.

Devant ceux à qui je n’avais rien caché.

À qui j’avais tout raconté en long et en large.


Parce que je suis comme ça.

Il a dû en manger une bonne dose d’humilité.
Ou de courage.

Ou de certitude qu’il allait être capable de montrer que j’avais eu raison de nous donner une autre chance.


Je ne sais pas trop combien de temps ça va durer.

Qui va se tanner en premier.

Ce qui va manquer, un jour.

Mais, pour le moment, c’est bon.

(…)

Ceci dit.

Il y aura assurément un « s’amuser pas pire 4 ».

J’ai un autre ancien amant qui aimerait bien.

Le gars du couple avec qui j’avais passé deux soirées.

Il a envie, il est pro-actif, il est expérimenté, il nous relance depuis des semaines.

Tout le monde veut.

Rendu là c’est une question d’organisation et de gestion de calendrier.

Mais, ce n’est pas uniquement une gestion pratico-pratique.

J’ai aussi pris 10 livres depuis l’an dernier.

Les livres du bonheur comme je le dis souvent.

Et, ça me refroidi un peu la libido.

Le regard de deux hommes en même temps sur mon corps nu.

C’est dur pour l’orgueil pareil.

Oui.

Je sais.
 
Le même orgueil qui n'a jamais vraiment fait avancer personne.

 

 

 

 

 

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire